- Projets

Les 5 grandes excuses pour ne pas apporter les déchets électriques dans un centre de collecte – et pourquoi il faut les oublier

«Apporter mon vieux grille-pain ou sèche-cheveux dans un centre de collecte? Trop laborieux pour moi. Il n’y a rien à tirer de cette ferraille de toute façon.» Vraiment? Nous examinons les 5 excuses les plus courantes en matière de recyclage.

Quand les vieux appareils électriques ne sont pas réparés ou revendus, ils prennent généralement la poussière dans le placard. Ou pire encore, ils finissent dans les ordures ménagères. La raison invoquée est souvent une excuse populaire basée sur un faux mythe à propos du recyclage. Il est grand temps d’en finir avec ces mythes.


Mythe sur le recyclage nº 1: la ferraille, c’est de la ferraille; ça n’a aucune valeur!

Faux: lorsqu’il faut se débarrasser de vieux appareils ménagers, on se dit souvent «la ferraille, c’est de la ferraille». Au lieu d’apporter ses vieux appareils électriques cassés dans un centre de collecte, on les range souvent dans un placard. Malheureusement, les matériaux recyclables contenus dans les appareils ne peuvent alors pas être utilisés. En revanche, si on se débarrasse correctement d’un vieux grille-pain ou réfrigérateur, il est possible d’en récupérer entre autres le cuivre, l’aluminium, le zinc, le laiton, le fer et le plastique. Après le recyclage, ces matériaux retournent dans le cycle et sont réutilisés pour fabriquer de nouveaux appareils. Cette chaîne ne fonctionne que si les déchets électriques sont éliminés via un centre de collecte et non via les ordures ménagères.


Mythe sur le recyclage nº 2: réparer un vieil appareil est plus judicieux que d’en acheter un nouveau!

Faux: quand un appareil électronique est cassé, on le répare souvent par respect pour l’environnement. Mais ce n’est pas toujours mieux que d’acheter un nouvel appareil. Il vaut mieux remplacer certains appareils ménagers, tels que les machines à laver ou réfrigérateurs qui ont plus de dix ans, par des appareils neufs, car les appareils récents consomment moins d’énergie et d’eau. Il en va autrement pour les appareils tels que les smartphones ou les ordinateurs portables. Ici, la majeure partie de l’énergie consommée vient de la production et non de l’utilisation quotidienne. Si l’écran d’un téléphone portable se fissure, il est plus judicieux de le faire réparer que d’acheter un nouvel appareil.


Mythe sur le recyclage nº 3: l’élimination des appareils électriques me coûte beaucoup d’argent!

Faux: En plus de l’effort à fournir, de nombreuses personnes craignent des coûts d’élimination élevés. Pourtant, la taxe anticipée de recyclage (TAR) est déjà incluse dans le prix d’achat d’un appareil électrique. Toute personne souhaitant se débarrasser de déchets électriques peut le faire gratuitement dans un magasin spécialisé, à condition que celui-ci vende des appareils similaires. Peu importe que l’appareil ait été acheté sur place ou non. Il est également possible de l’apporter dans un centre de collecte SENS. Tu trouveras ici un aperçu national de tous les partenaires d’élimination SENS.


Mythe sur le recyclage nº 4: que je recycle mes déchets électriques ou non, ça ne fait aucune différence!

Faux: chaque année, les Suisses collectent environ 16 kilogrammes de déchets électriques par personne. La Suisse bénéficie de l’élimination et du recyclage professionnels de ces déchets au sein de ses frontières, et ce à plusieurs égards: les importations de matières premières diminuent, les émissions et les coûts liés au transport baissent et des emplois sont créés. Nos déchets actuels sont donc nos futures matières premières. Par conséquent, toute personne qui se débarrasse correctement de ses déchets contribue de manière significative à l’ensemble du processus.


Mythe sur le recyclage nº 5: de toute façon, mes ordures ménagères sont à nouveau triées avant d’être incinérées!

Faux: bien que ce mythe soit particulièrement tenace, il n’est pas vrai. Nos ordures ménagères finissent à l’incinérateur – sans avoir été triées au préalable. Il est donc d’autant plus important de séparer le verre, le métal, le carton, le papier, le PET et, bien sûr, les déchets électriques lors de leur élimination.